L'Actualité à TARBES


Parce que P.L.T NEWS reste au plus près de chez vous, retrouvez ici l'actualité de TARBES et de ses environs.

 

P.L.T NEWS - L'info qui tombe à Pic !


Tarbes se mobilise pour la Journée internationale de la Femme 2016

9/03/2016

De g.à d. : l'équipe organisatrice de la Journée internationale de la femme, Marie-Christine Huin, Andrée Doubrère, Marie-Céline Oréa, Cynthia Peyret-Maxo et Marie-Françoise Crancée. Crédit photo : M.S
De g.à d. : l'équipe organisatrice de la Journée internationale de la femme, Marie-Christine Huin, Andrée Doubrère, Marie-Céline Oréa, Cynthia Peyret-Maxo et Marie-Françoise Crancée. Crédit photo : M.S

 

Journée de manifestations mondiales officialisée par les Nations Unies en 1977, la Journée internationale de la Femme dresse, chaque année, le bilan sur la situation des femmes à travers le monde.

Issue d'une première collaboration entre Marie-Françoise Crancée, déléguée au Handicap et à l'Accessibilité et Cynthia Peyret-Maxo, conseillère municipale en charge de l'organisation de l'événement "depuis 12 ans", la journée du 8 mars 2016 a été l'occasion de s'interroger sur les valeurs d'une mobilisation célébrée avec d'autant plus de nécessité qu'elle soulève un ensemble de problématiques aussi brûlantes qu'actuelles.

 

Articulées autours du thème : La Femme, tout un monde, "les actions organisées permettent d'aborder librement les sujets sensibles  liés à la condition féminine, lesquels sont, encore aujourd'hui, tabous", explique Cynthia Peyret-Maxo.

Des sujets qui, enrichis par l'engagement et l'expérience des différents intervenants, ont alimenté les discussions du forum-débat organisé au cœur de la salle des Fêtes de l'Hôtel de Ville tarbais.

Ouvert à tous et présidé, entre autres, par Andrée Doubrère, adjointe au maire chargée de l'Action sociale, le débat aura permis de développer notamment les questions relatives au statut de la femme dans l'agriculture, à l'engagement des femmes à travers le monde ainsi que leur implication dans le domaine associatif.

Autant "d'axes de réflexions" attestant d'une "évolution" de la mobilisation qui "se modernise d'année en année", souligne Cynthia Peyret-Maxo.

 

Une évolution qui se traduit principalement par la volonté "d'intégrer davantage les jeunes" à la mobilisation.

Ainsi, c'est sous le chapiteau installé sur le parvis de l'Hôtel de Ville que la chorale des élèves du collège Victor Hugo a inauguré, dès 13h30, le début des animations coordonnées par José Cortès.

Place Verdun, c'est au tour des étudiantes en BTS 2ème année (Conseillère en économie sociale et familiale) du Lycée Marie Curie, d'afficher leur soutien à la mobilisation en prenant part à la marche silencieuse organisée par le collectif d'associations Amnesty International - Aid'victimes - droits des femmes 65 - CIDFF, CDAD 65, Planning familial Soroptimist - Stop aux violences sexuelles.

"Notre objectif est d'alerter le public sur les violences faites aux femmes sur le terrain et en dehors du cadre des habituelles réunions d'informations", souligne Marie Perrut, présidente d'Amnesty International 65.

Une solidarité que les jeunes étudiantes ont pu transmettre à la centaine de manifestants composant le cortège par l'intermédiaire d'un poème engagé déclamé devant Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc, préfète des Hautes-Pyrénées, sur le perron de la Préfecture.

"J'ai été touchée par l'initiative du collectif d'associations, mais je souligne également l'importance d'impliquer la jeunesse dans le cadre de la Journée internationale des Femmes", explique Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc.

Une participation d'autant plus importante que "425 faits de violences conjugales ont été recensés en 2015", précise la préfète des Hautes-Pyrénées.

 

Un chiffre qui révèle à lui seul l'ampleur du combat qu'il reste à mener pour que la situation des femmes continue de s'améliorer.

 

                   Marion Spataro

 


Khol, une nouvelle signature dans le monde de la joaillerie

26/02/2016

Audrey Manrique présente l'une des créations d'Aurélie Bidermann au coeur de la maison de joaillerie Khol. Crédit photo : M.S
Audrey Manrique présente l'une des créations d'Aurélie Bidermann au coeur de la maison de joaillerie Khol. Crédit photo : M.S

 

En juillet 2014, Audrey Manrique, créatrice de bijoux haut de gamme, ouvrait les portes de sa première maison de joaillerie au cœur de la capitale bigourdane.

Depuis, nombreux sont ceux qui, rue de Gonnès, s'arrêtent et franchissent le seuil de la boutique, curieux de découvrir de plus près des pièces uniques à l'image de la remarquable créativité de la jeune joaillère.  

 

Griffée Khol - Maison de Joaillerie, la boutique d'Audrey Manrique s'inscrit comme l'aboutissement d'un "parcours anticonformiste" construit durant quatre années d'études au sein d'une prestigieuse école lyonnaise.

Spécialisée, entre autres, dans la restauration des bijoux anciens, la jeune joaillère ne cache pas aujourd'hui "sa surprise" devant "l'ampleur" et le succès de ses créations.

"A mon installation, je pensais investir le secteur de la réparation. En fin de compte, c'est le domaine de la création qui l'emporte", s'enthousiasme Audrey Manrique.

Un véritable engouement que la créatrice Bagnéraise explique par le développement d'une signature "épurée et très contemporaine" dans le monde de la joaillerie.

"Suite au succès de la collection géométrique, dans laquelle figure notamment une bague inspirée des Rubik's Cubes, j'ai cherché à implanter plusieurs collections axées sur la sobriété des pièces et la qualité des matériaux", explique Audrey Manrique.

 

Un style raffiné et innovant qui a su intéresser la créatrice parisienne Aurélie Bidermann, dont les créations sont disponibles dans des centaines de points de vente à travers le monde comme le concept-store Colette à Paris, The Webster à Miami, Barney's à New-York et, depuis décembre 2015, la maison de joaillerie tarbaise Khol.

"L'esprit créatif d'Aurélie Bidermann est très novateur, aussi, nous avons convenu d'implanter deux de ses collections : la collection haute fantaisie, apparentée à la haute couture et, la collection haute joaillerie, en vitrine depuis mi-janvier", souligne Audrey Manrique.

Des créations qui, en plus de répondre  à celles de la jeune joaillère tarbaise, ont été plébiscitées et adoptées par des personnalités comme Beyoncé, Sofia Coppola ou encore Emma Watson.

Une belle ascension pour Audrey Manrique qui poursuit aujourd'hui le développement de la marque Khol, prochainement distribuée dans des joailleries bordelaises et toulousaines, avec une nouvelle collection "dès l'hiver prochain".

 

Fidèle à sa volonté de "mixer les styles", nul doute qu'Audrey Manrique inscrit désormais son empreinte dans le monde de la joaillerie en faisant de la boutique Khol, un écrin ouvert sur l'originalité et la créativité.

 

  Marion Spataro

 

Khol - Maison de Joaillerie :

Ouvert du mardi au samedi

10h00 / 12h00

14h00 / 18h00

www.khol/maison-de-joaillerie/Facebook.fr

 


Yaël Naïm, un souffle de créativité sur la scène du Parvis

14/02/2016

Yaël Naïm, dans les loges du Parvis, avant de monter sur scène. Crédit photo : M.S
Yaël Naïm, dans les loges du Parvis, avant de monter sur scène. Crédit photo : M.S

 

"La musique commence là où s'arrête le pouvoir des mots", pensait l'inoubliable Richard Wagner. Mais lorsque les paroles sont guidées par la sensibilité d'une artiste aussi talentueuse que passionnée alors "la musique est infinie car elle est le langage de l'âme" (Otto Klemperer).

Une description incarnée à la perfection par Yaël Naïm que P.L.T NEWS a pu rencontrer dans le cadre de sa tournée française, samedi 13 février, sur la scène tarbaise du Parvis.

 

Pour son premier concert au cœur de la capitale bigourdane, c'est encore émue d'avoir été consacrée artiste féminine de l'année aux Victoires de la musique 2016 que Yaël Naïm est montée sur la scène du Parvis samedi soir.

L'occasion pour l'auteure-compositrice franco-israélienne de poursuivre, depuis le succès planétaire de New Soul (2007), "le chemin émotionnel et musical" avec un troisième album, Older, sorti le 16 mars 2015.

"Older est le mot qui symbolisait le mieux ce troisième album car, cette fois, il s'agit d'une rencontre : celle de David Donatien (musicien multi-instrumentaliste) et de mon univers artistique inspiré à la fois du classique, de la folk et du jazz", explique Yaël Naïm.

Une rencontre sublimée sur scène avec notamment un "travail d'écriture et d'arrangements" conçus, entre autres, pour un chœur de 4 chanteuses auquel s'ajoute le remarquable talent d'interprète de Yaël Naïm.

Des prestations scéniques intenses qui ont contribué à la notoriété de l'artiste, de ses débuts dans la comédie musicale Les 10 commandements, jusque sur les plus grandes scènes nationales et internationales.

"J'attache beaucoup d'importance à l'aspect visuel de chaque représentation car pour moi, la scène est un moment d'échange privilégié avec le public. C'est un moment éphémère qu'il faut savourer contrairement à l'album qui incarne, en quelque sorte, la trace laissée par l'artiste au fil des années", confie la chanteuse.

Une volonté qui donne naissance à de nombreux projets, menés de concert avec David Donatien, comme le réenregistrement  Older (revisited) disponible dans les bacs depuis le 12 février 2016 et la mise en place d'un Side-Project expérimental "en lien avec des musées".

"Chaque album à une histoire différente, c'est la raison pour laquelle l'on prend le temps de développer de nouveaux univers et de réfléchir à de nouveaux morceaux", souligne Yaël Naïm.

 

Des projets artistiques dont on a hâte de découvrir l'aboutissement sur l'une de nos scènes bigourdanes.

 

Marion Spataro

 


Remise de médaille en présence de Philippe Dintrans, parrain du 35ème RAP

28/01/2016

Remise des médailles de la protection militaire du territoire par le Colonel Marchand. Crédit photo : M.S
Remise des médailles de la protection militaire du territoire par le Colonel Marchand. Crédit photo : M.S

 

Ancien capitaine du XV de France (51 sélections), Philippe Dintrans est depuis le 4 décembre 2014 "artilleur d'honneur" du 35ème Régiment d'Artillerie Parachutiste.

C'est donc en tant que parrain du régiment tarbais que Philippe Dintrans, fidèle à chaque cérémonie au sein du quartier Soult, a répondu présent pour remettre les médailles de la protection militaire du territoire (opération Sentinelle) au côté du Colonel Pierre-Olivier Marchand, chef de corps du 35ème RAP, mercredi 27 janvier.

 

En réaction aux attentats de janvier 2015, l'opération Sentinelle vise à protéger les Français face à la menace terroriste sur l'ensemble du territoire national.

Dès lors, près de 250 soldats issus du 35ème RAP ont été mobilisés en permanence pour appuyer les quelques 6 500 militaires déployés en Ile-de-France.

Un effectif que Philippe Dintrans a pu, en partie, découvrir à Tarbes avant de rencontrer le plus gros des troupes à Paris, en avril prochain.

Une journée importante pour l'ancien capitaine du XV de France qui, après avoir remis les médailles de la protection militaire du territoire au personnel militaire ayant participé au moins 60 jours à l'opération Sentinelle, a revêtu le treillis pour tirer un obus de mortier de 120mm au camp de Ger.

Un tir qui officialise l'entrée dans l'artillerie parachutiste de Philippe Dintrans, après avoir effectué son baptême de l'air par un saut en parachute en tandem à plus de 4000 mètres d'altitude avec le bureau des troupes aéroportées du régiment.

Nul doute que Philippe Dintrans continuera de s'épanouir dans son nouveau rôle dans l'artillerie parachutiste au sein du 35ème RAP.

 

Marion Spataro

 


Les Petits As 2016, côté court(s)

27/01/2016

Vue d'ensemble sur les courts couverts en Green Set pour la compétition. Crédit photo : M.S
Vue d'ensemble sur les courts couverts en Green Set pour la compétition. Crédit photo : M.S

 

Durant 11 jours, le cœur de Tarbes bat au rythme des échanges de balles et des matchs que disputent fièrement les Petits As du tennis mondial sur les 9 courts couverts du Parc des Expositions.

Une effervescence qui, à la fin de cette semaine de compétition, révélera les visages et les nationalités des nouveaux Petits As 2016.

 

Mais avant de découvrir les successeurs des remarquables Chun-Hsin Tseng et Anastasia Potapova, P.L.T NEWS vous propose de découvrir le parcours de deux espoirs du tennis français présents dans le tableau final.  

L'occasion de féliciter chaleureusement l'ensemble des participants qui, jusqu'au dimanche 31 janvier, font vibrer de leur talent le cœur des presque 40 000 spectateurs présents sur les 11 jours du tournoi.

 

Giulia Morlet, une future grande championne :

Giulia Morlet et son entraineur Yannick Quere. Crédit photo : M.S
Giulia Morlet et son entraineur Yannick Quere. Crédit photo : M.S

 

Si la ténacité et le courage possédaient un visage, nul doute que celui de la jeune Giulia Morlet, championne de France des 13 ans 2015 issue de la Ligue de Paris - Stade Français, illustrerait à merveille ces deux qualités.

Pour sa première participation au tournoi des Petits As 2016, c'est face à l'impassible ukrainienne Dasha Lopatetskaya que la jeune française s'incline, mardi 26 janvier, à l'issue d'un match très disputé (3-6 / 7(8)-6(6) / 6-4).

Un résultat qui, bien que signant la fin de la compétition pour Giulia Morlet, atteste d'une performance sportive à la hauteur du niveau de jeu remarquable de cette joueuse prometteuse.

Loin d'avoir démérité, c'est avec un esprit "compétitif" que la jeune française aura déployé son "jeu de gauchère" que seule une série de crampes musculaires (dues à 2h45 d'effort) a été en mesure d'entraver.

Classée -2/6 et, de ce fait, considérée comme meilleure chance tricolore du tournoi chez les filles, celle qui "a débuté le tennis à presque 5 ans, à la suite de son frère", se tourne déjà vers un nouvel objectif malgré une seconde défaite en double face au duo américain Alexa Noel / Vanessa Ong en 3 set.

"J'attends les sélections pour la prochaine Coupe d'Europe qui aura lieu en Février" révèle Giulia Morlet.

Un rendez-vous qui s'inscrit dans la continuité de "plusieurs échéances internationales" auxquelles devrait participer Giulia Morlet selon Yannick Quere, conseiller technique régional de la Ligue de Paris et entraineur de la jeune française.

"Le niveau de jeu de Giulia lui permet d'être présente, à seulement 14 ans, dans la catégorie des moins de 18 ans au niveau national comme à l'international, où elle joue tout au long de l'année", explique Yannick Quere.

Un rythme effréné que Giulia Morlet parvient à cumuler avec une scolarité adaptée en région parisienne.

"Je compte parfois sur mes camarades pour me transmettre les cours", confie la jeune fille.

Et quand on lui demande quels sont ses projets pour la suite de sa jeune carrière, c'est avec un sourire retrouvé que Giulia Morlet répond vouloir "devenir une grande joueuse professionnelle" citant comme exemple "la technique de Roger Federer et le mental de Novak Djokovic".

Des atouts que cette future grande championne possède déjà en partie et qui, assurément, permettront à Giulia Morlet de réaliser son rêve dans quelques années.

 

Harold Mayot, l'As de l'équipe française :

Harold Mayot et son entraineur Bruce Liaud. Crédit photo : M.S
Harold Mayot et son entraineur Bruce Liaud. Crédit photo : M.S

 

Dernier français encore en lice pour les 1/8ème de finale, Harold Mayot, champion de France des 13 ans 2015 issu de la Ligue de Lorraine - TC Marly et vainqueur du tournoi de Bolton (Grande-Bretagne, catégorie 1), débute son deuxième Petits As par une victoire au premier tour face au japonais Ryotaro Koshiba (6-3 / 6-2), mardi 26 janvier.

Eliminé en double avec son camarade français Lilian Marmousez par le duo israélo-moldave Alexander Gaponenko / Ilya Snitari (6-3 /3-6/ 12-10), rien ne semble arrêter le jeune marlien qui remporte, ce mercredi 27 janvier, le match contre le suisse Leandro Riedi (6-2 / 4-6 / 7-5).

"Bien que je sois tendu avant chaque match, je me recentre pour faire abstraction du reste", explique avec un calme olympien Harold Mayot.

Pour celui qui a "commencé le tennis au côté de son père dès ses 4 ans, puis avec Gauthier Stauffer (son premier entraineur)", le tennis est avant tout une "passion".

Un enthousiasme et un engouement pour ce sport que Bruce Liaud, responsable du Pôle France Tennis de Poitiers et entraineur d'Harold Mayot depuis septembre 2014, a su détecter chez ce jeune français "habité par le tennis".

"Harold est un joueur qui progresse très vite. Son investissement sur le court est total. Sa motivation est à la hauteur de sa passion", souligne Bruce Liaud.

Des qualités qui, pour le joueur français classé 2/6, sont étroitement liées à un "niveau de jeu très intense" et à une "remarquable aisance sur les revers".

Considéré comme le meilleur espoir français chez les garçons et favori du tournoi, Harold Mayot poursuit son ascension sportive avec une assurance déconcertante, se considérant humblement comme "un joueur normal qui vit sa scolarité en parallèle de ses entrainements".

"Depuis cette année, la fédération a signé une convention avec l'Education Nationale pour assurer la scolarité des joueurs. Ainsi, des professeurs viennent dispenser leurs cours tous les jours de 8h à 11h", explique Bruce Liaud.

Un emploi du temps bien rempli qui ne laisse "qu'une petite heure de libre" par jour au jeune adolescent pour se détendre.

Des sacrifices à la hauteur des ambitions du jeune français qui rêve "d'acquérir le statut de numéro 1 mondial et de remporter un grand chelem".

Pour l'heure, c'est face au roumain Sébastian Gima qu'Harold Mayot devra s'imposer demain après-midi pour espérer "aller le plus loin possible dans le tournoi".

Rendez-vous pris, souhaitons que l'issue de la compétition consacre ce jeune français dont le talent a laissé, d'ores et déjà, son empreinte dans la grande famille des Petits As.

 

Présentation officielle des 45 délégations :

Remise des médailles de la Ville de Tarbes sur le court central. Crédit photo : M.S
Remise des médailles de la Ville de Tarbes sur le court central. Crédit photo : M.S

 

Réunis mardi 26 janvier sur le court central, Gérard Trémège, maire de Tarbes, Francis Touya, adjoint au maire en charge des sports, Claudine et Jean-Claude Knaëbel, fondateurs du tournoi des Petits As et Jacques Dutrey, directeur adjoint du tournoi ont remis conjointement les médailles de la Ville aux quelques 350 jeunes participants de la 34ème édition des Petits As.

L'occasion de présenter officiellement les 45 délégations participantes ainsi que l'équipe des 180 organisateurs bénévoles sans qui "rien ne serait possible".

Une présentation qui aura bénéficié de l'enthousiasme du public tarbais, venu remplir les tribunes et applaudir les jeunes espoirs du tennis mondial (valide et handisport), leurs entraineurs, les bénévoles et tous les acteurs du tournoi.

Seront également passés sur l'estrade, l'équipe des juges-arbitres et des ramasseurs de balles ainsi que les étudiants des sections BTS NRC (Négociation et Relation Client), STMG (Science Technologie du Management et de la Gestion) et BAC PRO Métiers de la Sécurité du lycée tarbais Pradeau-La Sède Saint-Pierre.

Une soirée qui se sera achevée par le "Show des écoles de danse" dispensé par les membres des compagnies Arte Andaluz, Danse Evasion, Espace Danse Jennifer et Martine, Licinius Crew, Melody Ballet Flamenco, Studio 8 Corinne, Marie et Philo.

 

(Petits As 2016 - 2ème partie)

Reportage de Marion Spataro

 


Les Petits As 2016, côté village

24/01/2016

Vue d'ensemble du village des Petits As 2016. Crédit photo : M.S
Vue d'ensemble du village des Petits As 2016. Crédit photo : M.S

 

Championnat du monde des 12-14 ans, le tournoi de tennis international des Petits As s'illustre depuis 1982, date de sa création, comme l'une des plus importantes compétitions de tennis catégorie minimes.

Une reconnaissance prestigieuse qui, au fil des années, aura permis de révéler sur ses courts bon nombre de joueurs professionnels, parmi les meilleurs au monde comme, entre autres, Novak Djokovic (2001), Rafael Nadal (2000), Richard Gasquet (1999), Roger Federer (1995), Martina Hingis (1991/1992) ou Michael Chang (1986)...

 

Cette année, la 34ème édition du tournoi des Petits As s'est ouverte jeudi 21 janvier, au Parc des Expositions de Tarbes.

Une première semaine de pré-qualifications nationales et internationales durant laquelle P.L.T NEWS vous propose d'abord de découvrir le village des Petits As 2016 ainsi que certains de ses exposants.

L'occasion de souligner le remarquable travail des bénévoles et organisateurs qui, chaque année, apportent leur contribution à l'un des événements sportif emblématique de Tarbes.

 

Marc Brüning, maire du village Petits As :

Marc Brüning, directeur de l'ODS et maire du Village Petits As. Crédit photo : M.S
Marc Brüning, directeur de l'ODS et maire du Village Petits As. Crédit photo : M.S

 

Directeur de l'Office Départemental des Sports, Marc Brüning a revêtu, le 26 janvier 2015, l'écharpe tricolore de Maire du Village Petits As 2015, succédant à Jérôme Lingelser, représentant de la société Scorteen et Maire du village Petits As 2014.

A la veille de remettre son écharpe à son futur successeur, Marc Brüning revient, non sans émotion, sur son expérience au sein des Petits As.

"J'ai été aussi heureux que surpris de participer à l'événement l'an dernier et d'assister en direct à l'aboutissement du partenariat entre Lacoste et le tournoi des Petits As", se souvient Marc Brüning.

Un partenariat d'autant plus important qu'il donne naissance à une nouvelle signature pour la compétition, aujourd'hui nommée : 34ème Petits As, le Mondial Lacoste.

Et lorsqu'on demande à Marc Brüning, quelles sont les qualités indispensables pour être Maire du Village Petits As, c'est avec toute l'humilité et la générosité qui le caractérise que le directeur de l'Office Départemental des Sports répond privilégier "l'écoute et la disponibilité".

"Être Maire du Village Petits As implique d'être disponible pour les animations, les sponsors, les partenaires, les participants... Si le village s'anime le jour il faut savoir le faire vivre la nuit et être à l'écoute aussi bien des bénévoles que des exposants", explique Marc Brüning.

Des qualités qui s'ajoutent à une volonté de "transmettre les valeurs sportives" aux visiteurs, notamment cette année où l'on retrouve Marc Brüning sur le stand des As du Ballon.

"Les jours à venir vont voir les équipes sportives soutenues par le département se succéder sur le terrain de l'animation. L'occasion de voir, entre autres, les joueurs du TGB et de l'Union Basket échanger avec les visiteurs et les joueurs en herbe", annonce Marc Brüning.

Un dynamisme et un esprit sportif que l'on souhaite au futur titulaire de l'écharpe tricolore Petits As 2016.

 

Le Handisport représenté aux Petits As :

Au centre, Hervé Bourgeix, chef des arbitres Petits As et Fabien Duco, entourés par les joueurs et les membres du tennis club handisport Canton d'Ossun. Crédit photo : M.S
Au centre, Hervé Bourgeix, chef des arbitres Petits As et Fabien Duco, entourés par les joueurs et les membres du tennis club handisport Canton d'Ossun. Crédit photo : M.S

 

Evénements incontournables du village Petits As, les actions de sensibilisation et d'initiation au Handisport se multiplient sur le terrain réservé à l'animation proposée par les membres de la section de tennis en fauteuil du Canton d'Ossun.

Organisées chaque 1er samedi du tournoi Petits As, les activités tennis en fauteuil et parcours d'agilité en fauteuil (volley, rugby, football, basket ball) permettent au public de découvrir que "le handicap n'est pas un obstacle à la pratique d'un sport". 

Président du tennis club Azereix-Ossun section handisport et directeur du tournoi de tennis handisport du Canton d'Ossun depuis 6 ans, Fabien Duco œuvre chaque année pour "l'abolition des barrières face aux différents handicaps".

"Plus que de sensibiliser les jeunes au handicap, notre objectif est de faire comprendre le handicap et le handisport au public, de leur donner envie d'essayer en leur montrant que, malgré le handicap, il y a toujours des possibilités", explique Fabien Duco, lui-même joueur de tennis valide (classé 15/3).

Un challenge réussi au vu des nombreux jeunes visiteurs se succédant sur le terrain et qui, loin d'être dérangés par un fauteuil roulant, ont tenu la balle haute face aux joueurs de la section tennis handisport d'Ossun.

Mais si le tournoi des Petits As apporte chaque année une importante exposition sur les bienfaits du handisport, il permet également au public de découvrir l'organisation de compétitions handisport nationales et internationales.

"Organisé depuis 11 ans par l'Action Tennis Canton d'Ossun, le tournoi de tennis handisport du Canton d'Ossun recevra du 29 avril au 1er mai 2016 des joueurs venus de la France entière. Auparavant, le public pourra découvrir le tournoi international Cruff Fondation Junior Master du 28 au 31 janvier prochain durant lequel s'affronteront, entre autres, les meilleurs joueurs de la saison précédente (les 8 meilleurs garçons et les 4 meilleures filles catégorie moins de 18 ans)", explique Fabien Duco.

Rendez-vous pris, ne reste plus qu'à retrouver Fabien Duco et ses joueurs sur le court pour les encourager dans leur ascension sportive.

 

Pipelette : la gazette Petits As made in Pradeau-La-Sède :

Françoise Médous et ses deux étudiantes Betty et Anissa, présentent Pipelette, la Gazette des Petits As. Crédit photo : M.S
Françoise Médous et ses deux étudiantes Betty et Anissa, présentent Pipelette, la Gazette des Petits As. Crédit photo : M.S

 

Ils sont jeunes, enthousiastes et, pendant 11 jours, ils vont devenir les journalistes en herbe de la gazette des Petits As.

Issus du lycée tarbais Pradeau-La Sède Saint Pierre, les 9 étudiants de première année BTS Négociation et Relation Client sillonnent le village Petits As 2016 pour dénicher les meilleurs anecdotes sous la houlette de Françoise Médous, professeure en Relation Client devenue, le temps du tournoi, la rédactrice du journal étudiant.

Griffée Pipelette depuis 2004, date de sa création, la gazette se présente sous la forme d'un dépliant, véritable reflet du village et de l'ambiance propre au tournoi où se côtoient joueurs nationaux et internationaux.

Un défi pour ces jeunes journalistes en herbe qui, en plus d'être présents aux bords des courts, devront couvrir l'actualité des différents exposants (armée de l'air, espace mairie de Tarbes, pôle restauration, pôle santé, exposition de Véronique Clanet, rodéo,...).

"Ici, tout le monde écrit. On se partage les tâches à tour de rôle pour voir tous les aspects d'un journal, des interviews à la mise en page finale", expliquent conjointement Betty et Anissa, étudiantes participantes au projet.

Pour leur professeure en revanche, l'expérience permet "d'accroitre l'autonomie" des étudiants, futurs commerciaux, tout en faisant découvrir l'établissement aux visiteurs.

"En plus de la réalisation de la gazette quotidienne, le stand propose des animations aux visiteurs", explique Françoise Médous.

Des animations et des surprises que l'on a hâte de découvrir en exclusivité dans les prochains numéros de Pipelette, disponible en libre service au sein du village Petit As.

 

Michel Rénaux, un juge-arbitre international :

34ème participation pour Michel Renaux. Crédit photo : M.S
34ème participation pour Michel Renaux. Crédit photo : M.S

 

Sans lui, le tournoi des Petits As ne serait pas celui que l'on connaît aujourd'hui.

Présent à chaque instant près des courts comme sur l'ensemble du village Petits As, Michel Renaux, juge-arbitre international, est inconditionnellement une personnalité majeure au sein du tournoi des Petits As.

Un rôle d'autant plus important que, depuis 34 années, Michel Renaux veille à "la bonne organisation du tournoi et au respect des règles", notamment en ce qui concerne les règlements internationaux.

"Je contribue à la gestion technique sportive ainsi qu'au bon déroulement des entrainements, des convocations, etc... En cas de litige entre joueurs, entraineurs, délégations, il est de mon devoir de prendre la décision finale", explique Michel Renaux.

Mais quand on s'avance jusqu'à lui demander le fond de sa pensée sur le déroulement du tournoi, Michel Renaux ne peut s'empêcher de souligner "l'incroyable développement" des Petits As au fil des années.

"A l'origine, le tournoi comportait 4 nations. Aujourd'hui, 45 délégations étrangères sont présentes et parmi-elles figurent les meilleurs joueurs mondiaux", se rappelle celui qui a connu les débuts des Big Four ("les 4 grands" : Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic et Andy Murray).

"Avec le boom des tournois de Roland Garros et les victoires de ses anciens Petits As,

l'engouement pour le mondial tarbais ne cesse de croître pour arriver au résultat que l'on connaît aujourd'hui", explique Michel Renaux.

Un essor qui, chaque année, couronne le meilleur tennisman et tenniswoman catégorie moins de 14 ans à l'issue d'une "gestion de près de 500 matchs".

Et pour ce qui est des pronostics, c'est naturellement que les regards se portent sur les "têtes de série" que l'on retrouvera dans le tableau final dès lundi prochain.  

"Cette année, l'attention se porte sur la jeune ukrainienne, Marta Kostyuk pour les filles et sur le prometteur Harold Mayot, représentant français chez les garçons. Cependant, la compétition peut encore nous réserver des surprises !", confie Michel Renaux.

Une semaine qui s'annonce décisive et qui, espérons-le, comblera les espoirs français en ce 34ème tournoi Petits As.

 

(Petits As 2016 - 1ère partie)

Reportage de Marion Spataro

 


Le Roller-Hockey, un sport à découvrir

10/01/2016

L'équipe tarbaise de Nationale 1 à quelques minutes de leur match contre Toulouse. Crédit photo : M.S
L'équipe tarbaise de Nationale 1 à quelques minutes de leur match contre Toulouse. Crédit photo : M.S

 

Reconnu discipline de haut niveau par le Ministère des sports, le Roller In Line Hockey, plus communément appelé Roller Hockey, ne va pas sans rappeler les caractéristiques principales du très populaire Hockey sur glace américain.

Une discipline nouvelle, encore méconnue sur le sol français, que P.L.T NEWS a pu découvrir avec la remarquable et très prometteuse équipe tarbaise de Roller Hockey Nationale 1, samedi 9 janvier au gymnase Bastillac.

 

Créé en 1995, date majeure de l'arrivée du Hockey en France, le club de la Ville de Tarbes (ex-Tarbes Roller Hockey) voit le jour grâce au dynamisme de quelques hockeyeurs passionnés et soucieux de pouvoir pratiquer leur sport favori en Bigorre. Suivi quelques années plus tard par la ville de Pau, le club de Roller Hockey tarbais est né de la fusion des clubs tarbais et palois réunis en 2009, sous l'emblème très pyrénéen du "Desman".

Parmi les premiers joueurs du club, Benjamin Vendoze, capitaine et défenseur de l'équipe tarbaise de Nationale 1 reconnaît les nombreuses similitudes présentes entre le Roller Hockey et le Hockey sur glace.

"Si le Roller Hockey reprend la quasi-totalité de l'équipement du Hockey sur glace (crosse, palet et protections), la discipline se pratique sur des rollers et, de ce fait, nécessite un terrain et une surface adaptée", explique le jeune hockeyeur de 25 ans.

Le terrain "plus petit" (entre 40x20 mètres et 60x30 mètres) aux angles arrondis accueille des "équipes composées de 4 joueurs plus 1 gardien" (5 joueurs plus 1 gardien pour le Hockey sur glace) lors de rencontres sportives spectaculaires privilégiant la rapidité, la tactique et la finesse aux "contacts rudes" présents dans le Hockey sur glace. Ajoutons à cela des règles plus simples, à savoir, pas de hors-jeu.

Des qualités remarquablement mises à l'honneur durant la saison 2014/2015 qui ont permis à l'équipe tarbaise, alors en Nationale 2, de remporter le championnat de France et de passer en Nationale 1.

Un brillant parcours qui s'est à nouveau illustré, samedi 9 janvier, lors du match contre Toulouse, au cours duquel la ténacité et la puissance stratégique des Desmans ont eu raison des Hocklines toulousains avec un score très disputé de 5 à 3.

Un "esprit d'équipe inébranlable", conjointement souligné par  Marie Bidilié, présidente du club de Roller Hockey, et Philippe Rouvelat, coach sportif de l'équipe de National 1, qui propulse l'équipe tarbaise à la 4ème place qualificative du championnat de France.

Notons dès à présent la participation des Desmans à la coupe de France qui disputeront le 1/8ème de finale face aux Phénix de Ris-Orangis, samedi 30 janvier, au gymnase Bastillac.

 

Rendez-vous pris, souhaitons que la progression de l'équipe tarbaise ne connaisse aucune limite et continue à susciter l'admiration de ceux, prêts à chausser les rollers pour rejoindre un sport en plein essor.

 

Marion Spataro

 

Club Tarbes-Pau-Pyrénées Roller Hockey Les Desmans :

www.lesdesmans.fr

www.facebook.com/LesDesmans/

 


Vous avez aimé l'année 2015 ? Retrouvez tous les articles concernant Tarbes et ses environs dans votre rubrique :

TARBES en 2015